PAGE D'ACCUEIL
SITE GUERRE 14-18
TABLE DES MATIERES
Conscrits Catillon 1/

VICTIMES Civile Cat 2/2

VICTIMES CIVILES CATILLONNAISES
BILLOT Ismérie
Aucun renseignement sur cette personne
Monument aux Morts à l'intérieur de l'Eglise de Catillon.
BONIFACE Anna
Née le 26 juillet 1841 à Catillon.
Mariée à veuve de Vassaux Emile.
Fille de Boniface Michel.
Et de Denise Romaine.
Domiciliée à Catillon, 2 rue des Moissonneurs.
Décédée le 25 novembre 1918, à l'âge de 77 ans, en son domicile, de retour d'évacuation, le 25 novembre 1918.
Acte N° 55 à Catillon.
Sépulture cimetière de Catillon.
Monument aux Morts à l'intérieur de l'Eglise de Catillon.
BOULEAU Edouard Ernest
Né le 1882, charpentier, employé du canal
Monument aux Morts à l'intérieur de l'Eglise de Catillon.
DELATTRE Pierre Armand
Né le 22 décembre 1836 à Le Pommereuil, boucher à Catillon.
Marié à Delbauve Arséne.
Fils de Delattre Célestin.
Et de Delattre Séraphine.
Domiciliés 4 rue Cocrémont à Catillon.
Décédé le 16 octobre1918, à l'âge de 82 ans, en son domicile, dans sa cave, suite au bombardement de Catillon le 16 octobre1918.
Acte N° 49 à Catillon.
Sépulture cimetière de Catillon.
Monument aux Morts à l'intérieur de l'Eglise de Catillon.
LALOUX Marie
Née le 4 octobre 1852 à Catillon.
Fille de Lalou Chrysotome.
Et de Henry Eugénie.
Mariée avec Veuve de Fleuru Paul.
Domiciliée rue de Sambre à Catillon.
Décédée le 28 novembre 1918 à 7 heures du soir, à l'âge de 66 ans, en la demeure de Vin Léon, rue de la Queue-Noir-Jean à Saint Remy Chaussée.
Transcription N° 75 à Catillon.
Sépulture cimetière de Saint Rémy Chaussée.
Monument aux Morts à l'intérieur de l'Eglise de Catillon.
PANTENIER Louis Désiré
Né le 26 novembre 1868 à Catillon, journalier.
Marié avec Bauduin Blanche, journalière née le 01/03/1867 à Catillon,
Fils de Pantenier Louis Joseph, journalier.
Et de Baudhuin Apolline.
Domiciliés rue du Nouveau Monde à Catillon.
Décédé le 16 octobre1918, à l'âge de 50 ans, suite au bombardement de Catillon le 16 octobre1918.
Sépulture cimetière de Catillon
Monument aux Morts à l'intérieur de l'Eglise de Catillon.
PATERNOTTE Eugénie
Née en 1839 à Catillon.
Mariée à Veuve de Herlin AdolpheÃ?¹.
Fille de Paternotte François.
Et de Gosse Marie Joseph.
Domiciliée rue Carnot à Catillon.
Décédée le 04 décembre 1918, , à l'âge de 79 ans, à l'hôpital militaire anglais, rue Benoit Malon à Caudry, suite au bombardement de Catillon le 16 octobre1918.
Transcription N° 32 à Catillon
Sépulture Caveau familial au cimetière de Catillon
Monument aux Morts à l'intérieur de l'Eglise de Catillon.
Ã?¹Le fils d'Eugénie Paternotte, Adolphe François Herlin a été tué le 02/09/1914 à Mairieux.

Page Précédente
Abécédaire des 7 communes
Abécédaire Catillon
ACTES D'HEROISME

CANNIOT Eugène
Né le 16 janvier 1863 à Maroilles, docteur en médecine, ex interne des Hopitaux de Paris
Domicilié à Saint QuentinÃ?¹ (Aisne).
Fils de Canniot Auguste Edouard, propriétaire.
Et de Lécohier Pulchérie.
Marié le 30 janvier 1893 à Catillon.
avec FleuruÃ?¹ Jeanne Esther Augustine, 22 ans.
Domiciliés rue Faidherbe -à l'angle de la rue de Mazinghien- à Catillon.
2 filles:Marguerite et Madeleine.
Née le 14 octobre 1870 à Catillon.
Fille de Fleuru Camille Eugène Aimé, propriétaire, Maire de Catillon.
Et de Lefèvre Maria Julia, propriétaire
Décédé le 20 octobre 1921 à l'age de 58 ans à son domicile.
Acte N° 58 à Catillon
Sépulture Caveau familial au cimetière de Catillon
Monument aux Morts à l'intérieur de l'Eglise de Catillon.
Ã?¹Le Dr Canniot était chirurgien en chef de l'hôpital de Saint-Quentin ( Aisne).

DélibérationÃ?¹ du Conseil Municipal le 19 mai 1920
Distinction d'honneur Ã?²
Le Conseil Municipal de Catillon porte à la connaissance de M. le Préfet la belle conduite du Docteur Canniot, ancien interne des hôpitaux de Paris et ancien chirurgien en chef de l'hôpital de Saint-Quentin ( Aisne), retiré à Catillon pour raisons de santé, qui assura gracieusement le jour et la nuit et avec un dévouement inlassable pendant toutes les hostilités le service médical à Catillon et dans les communes voisines, le docteur Boda étant mobilisé. En 1914 il donna personnellement ses soins au Rejet de Beaulieu à des soldats anglais blessés que les habitants cachaient chez eux.
En août 1918, 200 soldats français prisonniers sont employés par les Boches au camp d'aviation de CatillonÃ?³. Malgré les ordres de la Kommandantur de ne pas assister les prisonniers, le Docteur Canniot prend l'initiative de former un comité pour ravitailler les prisonniers, leur fournir du linge, des soins et un peu de confort moral.
Le Conseil Municipal et la Commune toute entière verraient avec une grande satisfaction, récompenser ce dévoué praticien qui se tint constamment à la disposition de tous les habitants sans exception chaque fois que son concours put bien être utile.
Ã?¹ L'obtention de la Légion d'honneur fut demandée conjointement par les Conseils Municipaux de Catillon, Rejet de Beaulieu et La Groise.
Ã?² Malheureusement, le Docteur Canniot n'eut pas la satisfaction et la joie de recevoir la médaille et la récompense si bien méritée, car il mourut le 20 octobre 1921
Ã?³ Terrain vraisemblablement établi au lieu dit "Le Planty".
Source: Pour l'ensemble des documents, Archives municipale, Mairie de Catillon.
Refugié tué dans l'église de Catillon
Leroi Louis Auguste
Registres de la Commune de Rejet de Beaulieu, transcription N° 6 d'un jugement déclaratif de décès en date du 28/02/1924, relate le fait suivant:
"Leroi Louis Auguste, né à Esquéhéries, âgé de 71 ans, évacué sur Catillon avec d'autres habitants du Rejet de Beaulieu sont installés dans l'église du village. Lors du bombardement du centre de Catillon, le 13 octobreÃ?¹ 1918, les occupants furent emmenés vers l'arrière mais Louis Leroi, dans l'impossibilité de se déplacer ne put les suivre et fut tué dans l'église détruite par les obus."
Toute la partie ci dessous est biffée sur l'acte officiel
"Louis Auguste Leroi a été évacué au début d'octobre 1918 sur la commune de Catillon avec les habitants de Rejet de Beaulieu; qu'il a été placé dans l'Eglise de Catillon, ou il a été vu pour la dernière fois le 13 octobre 1918, que la Commune de Catillon ayant été fortement bombardée à cette époque, les évacués furent emmenés à l'arrière, mais que Leroi, incapable de faire aucun mouvement ne put les suivre, demeura dans l'église qui fut détruite par les obus, que ces circonstances font présumer que Louis Auguste Leroi fut tué dans cette église le treize octobre mil neuf cent dix-huit que, en tout cas, on n'a plus eu aucune nouvelle de lui depuis cette date, que, aux termes de la loi.¦" etc.¦.suit le jugement administratif.
Son corps fut découvert plusieurs jours aprés le bombardement. Sa sépulture est inconnue.
Ã?¹ Il s'agit du 16 octobre 1918.
Timbre dédié au Monument National aux Victimes Civiles de la guerre

Le timbre, émis en 1939, représente Léon Trulin, fusillé à Lille le 8 novembre 1915, à l'âge de 16 ans.
Sa statue se trouve place Léon Trulin à Lille et le socle de la statue comporte cette inscription:
' Je pardonne à tout le monde, amis et ennemis, je fais grâce parce qu'on ne me la fait pas "

Page 2/2
Page Suivante